Oct 23, 2011 - Antiquité    No Comments

Egypte Antique

L’Art Egyptien

Abu Simbel. Egypt.-

monument d' Egypte

All Gizah Pyramids
Vers 3000 avant notre ère, apparurent les premiers pharaons. La vallée du Nil regorge de monuments laissés par cette civilisation qui nous émerveille. Sous l’Ancien Empire furent élevées les pyramides de Khéops, Képhren et Mykérinos. Au Moyen Empire le grand temple de Karnak fut construit. La tombe de Toutankhamon  date du Nouvel Empire…Alexandre le Grand fit la conquête  de l’Egypte en 332 avant notre ère.

Tête de Toutânkhamon enfant (musée du Caire / Egypte)

portrait de Touthankamon enfant

Les monuments funéraires et tout ce qui était dedans participaient à la sauvegarde de l’âme  du défunt afin qu’elle vive dans l’au-delà.

Des portraits très sobres furent exécutés et leur simplicité les rende intemporels.

Observation de la nature et régularité géométrique caractérisent le style égyptien. Le devoir de l’artiste était de montrer les choses le plus clairement possible. Ils dessinaient suivant des règles très strictes et de mémoire. Représenter une chose lui donnait une existence.Ils inscrivirent des histoires sur les murs avec ces règles ainsi qu’avec des inscriptions en hiéroglyphes. Malgré l’ordre géométrique, l’observation de la nature permet aux spécialistes de reconnaitre chaque animal dessiné!

Le signe qui se lit "mout" : le vautour

oiseaux

Les apprentis devaient suivre toute une série de lois très strictes et apprendre également la calligraphie: il n’était pas question d’être original! Hormis un roi, Aménophis IV l’hérétique avec son épouse Néfertiti, qui changea ces règles et alla s’installer à Tell-el-Amarna.Son fils Toutankhamon,repris les anciennes croyances.

 

Et pour vous mettre dans l’ambiance, ci dessous une vidéo avec de la musique

égyptienne.

 

Un modèle a été fourni

Voici l’exercice proposé pour montrer combien les artistes suivaient des règles strictes dans la réalisation de leurs œuvres:  la fiche technique est en cours d’élaboration et sera offerte dans un bonus ultérieurement!

 

 Copie d’un oiseau égyptien:

Calame, encre sépia

Pinceau: gouache blanche

travail d'élève

calame, encre et peinture blanche

Oct 23, 2011 - Antiquité    1 Comment

Sumer

Sumer, le passage à l’Histoire et le Proche Orient ancien.

Grâce à l’invention de l’écriture, nous passons à l’Histoire.

Sumer est une ville au sud de la Mésopotamie qui, 3300 avant J.-C. où l’on voit apparaître les premières formes d’écriture en caractères cunéiformes. Le support utilisé est la tablette d’argile. Cette invention marque le passage à l’Histoire

 

 

 

Entre le Tigre et l’Euphrate, les Sumériens et les Akkadiens au nord faisaient des échanges bien qu’ils ne parlaient pas la même langue! L’irrigation permis la culture et encouragea les gens à rester groupés, ils avaient également des troupeaux de bœufs, porcs, moutons, chèvres. L’argile support de l’écriture, est le principal matériau  utilisé pour construire les cités  protégées par des rois. La fragilité de la poterie  nous laisse moins de traces que la pierre mais des objets en métaux sont parvenus tels des colliers de perles d’or et de lapis-lazuli. Grâce aux échanges, ils se procuraient du cuivre, de l’or, de l’étain qu’ils travaillaient avec beaucoup d’habileté.

Les babyloniens 1888-1595 avant J-C

Les mésopotamiens sont habiles et décorent souvent avec des animaux fabuleux. Ils font preuve de raffinement, aiment la symétrie  et la précision.

Très souvent, les artistes ont pour mission de commémorer les victoires guerrières, et relatent les chroniques des campagnes de leur roi afin de le glorifier.

Les Perses:v.3000 avant J.-C.-642 après  J.-C.

Les habitants de la région correspondant à l’Iran actuel, créent d’élégantes poteries,de merveilleuses orfèvreries dès l’âge du bronze. Leurs sculptures monumentales sont spectaculaires.

Les assyriens: v.1500-612 avant  J.-C. au nord de la Mésopotamie

Ils se distinguent par leurs  bois sculptés.

Pour apprendre à agrandir un motif voici un petit exercice expérimenté par une classe de sixième:

à partir d’un document photocopier du bas relief qui se trouve au musée du Louvre: »le taureau ailé »: la technique de l’agrandissement au carré va être mise en application.

  1. Déterminer un carré autour du bas relief.
  2. Couper , plier en quatre et numéroter les carrés obtenus.
  3. Surligner les grandes lignes.
  4. Remplir les vides de feutre noir.
  5. Dessiner un carré plus grand sur une feuille A4.
  6. Construire les médianes.
  7. Numéroter les carrés ainsi obtenus.
  8. Reporter les lignes et les formes dans les carrés respectifs. C’est( encore plus facile à l’envers.
  9. Repasser en corrigeant au feutre noir
Oct 13, 2011 - Préhistoire    No Comments

Le paléolithique

Au Paléolithique:

L’art pariétal est un art pensé, le dessin est symbolique, la couleur maitrisée. Perspective et mouvement sont présents!

Nous allons étudier les représentations laissées par l’homme depuis l’époque où l’ homme est apparu sur terre.
En Asie, en Afrique et en occident, Europe d’Ouest et Amérique du Nord, des œuvres ont été découvertes et sont arrivées jusqu’à nous grâce aux archéologues.
Les populations du paléolithique supérieur (35 000-10 000av J.-C.) gravèrent et dessinèrent sur les parois des grottes.
Les peintures rupestres (murales) existent en France (Lascaux), en Espagne
(Altamira), en Italie, au Portugal, en Roumanie et en Russie.

Méthodes utilisées à cette époque. Le feu est utilisé pour faire éclater les pierres,  durcir le bois.

Ils ont fabriqué des outils pour couper, racler, percer, coudre.
La faune figurée sur les parois représente : cheval,aurochs,bison,cerf, et bouquetin, ours,
rhinocéros et grands félins. Cette faune est  figurée de façon extrêmement réaliste grâce à des taches de couleurs et la technique du dessin. Les artistes dessinent sans ébaucher, sans repentir. Le charbon de bois est parfois utilisé. Ce n’est pas le cas à Lascaux, où la la couleur noire a été obtenue en utilisant des oxydes de manganèse. La méthode du pochoir a été utilisée dans la grotte de Pech-Merle dans le Loth.
La gravure préhistorique utilise plusieurs techniques qui creusent la surface d’un matériau dur (os,
ivoire, roche dont la couche patinée sombre est attaquée pour faire apparaître son intérieur plus clair) :
• par piquetage, technique très répandue qui consiste à marteler une surface rocheuse avec une
pierre dure. La répétition des impacts permet de dessiner des traits ;
• par incision, technique moins fréquente qui consiste à entailler plus ou moins profondément
une roche, un os (gravure fine par la pointe d’un burin de silex, incisions plus profondes
dessinant vigoureusement les contours, long travail d’incisions pouvant conduire à la
sculpture) ;
• par raclage, technique exceptionnelle qui consiste à frotter la surface d’un corps avec un
instrument tranchant, produisant des effets de couleur et de volume. Des enlèvements de
matière importants peuvent conduire aux bas-reliefs.

Méthode proposée : Dessin au  fusain.

Après avoir étudié les traces préhistoriques, pour se mettre dans l’ambiance, il faut imaginer que les chasseurs étaient très attentifs et ne parlaient pas ! Faisons pareils, avec des documents photographiques que nous allons examiner!
Proposition: Pour ne pas mettre de mot sur l’animal, posons l’image à l’envers!
Dessin au fusain sur un papier kraft.

  1. Mettre le document à l’envers
  2. Dessiner le cadre
  3. Regarder la silhouette et dessiner la ligne.
  4. Dessiner la silhouette en regardant les vides et remplir les vides.
  5. dessiner la silhouette et remplir l’intérieur de l’animal
  6. Remettre le document à l’endroit et coller les images.

Cet exercice a été réalisés en classe de sixième . Mais cette méthode peut être utilisée dès six ans et à tous les âges!

Oct 7, 2011 - Réflexions    No Comments

Culture et Histoire de l’Art

Les activités artistiques façonnent depuis toujours l’esprit humain!

A chaque stade du développement, le cerveau humain a dû se familiariser avec de nouveaux savoir faire et de nouvelles compétences. Les œuvres d’Art sont les traces indiscutables et révèlent le sens, la diversité, l’universalité des activités humaines.

Par exemple, l’art de peindre accompagne l’évolution des cultures, l’expression des peuples. Ils ont du s’adapter aux nécessités de chaque époque. Le désir de tracer des signes sur n’importe quel support a laissé des empreintes depuis les hommes préhistoriques et l’expression artistique au paléolithique ainsi qu’au néolithique montre une merveilleuse progression!

Petite histoire d’Art a pour objectifs de suivre cette diversité tout au long de l’Histoire et de proposer des activités en rapport avec les techniques de ces époques, sans prétention , simplement pour montrer combien la multiplicité des apprentissages conduit vers une grande liberté d’expression!

Pages :«12345